Toxic Food de William Reymond

Après l’interpellant « Toxic », William Reymond a enquêté sur les secrets de la nouvelle malbouffe. Un livre choc!

malbouffe

80% de notre alimentation est aujourd’hui industrielle! Et ce n’est pas sans conséquence… Obésité, diabète, maladies cardiovasculaires, cancers, Alzheimer en sont quelques exemples.

Hippocrate peut se retourner dans sa tombe! Lui qui disait si bien: « Que ton alimentation soit ton traitement, et ton traitement ton alimentation », cela est désormais très loin de notre réalité alimentaire…

Car aujourd’hui, manger tue!

malbouffe, cancer, danger

William Reymond commence par retracer l’histoire de la malbouffe. Pas celle dont on a pris connaissance avec José Bové en 1999, non. Mais celle qui remonte à 1979!

Stella et Joël de Rosnay publient alors « La Malbouffe. Comment se nourrir pour mieux vivre ». D’un côté, la malnutrition où des gens meurent de faim et de l’autre, la grande bouffe qui rend les personnes malades parce qu’elles mangent trop et mal. Trop de viande, de sel, de sucre dans nos repas n’est pas bon du tout pour notre santé!

Mais comment cette nourriture industrielle est apparue en France? Selon William Reymond, c’est Jacques Borel, l’inventeur du premier restoroute…

Si on retient de lui la création du ticket restaurant, le nom de Jacques Borel a longtemps été synonyme de mauvaise nourriture. En appliquant certaines méthodes industrielles à la restauration, il a créé la malbouffe à la française…

Jacques Borel… Jacques Tricatel dans « L’Aile ou la cuisse ». Cet industriel a également été pointé du doigt par Coluche et Renaud. Sa solution? Rebaptiser les enseignes de ses restaurants autoroutiers que l’on connait aujourd’hui sous le nom de « L’Arche »… Et oui…

La Générale de restauration de Borel, au fil des années et des fusions, se retrouve désormais dans le groupe Elior.

« Créé en 1991, Elior Group, un des leaders mondiaux de la restauration et des services, est aujourd’hui le restaurateur de référence dans le monde de l’entreprise, de l’enseignement et de la santé, ainsi que dans l’univers du voyage. Désormais présent dans 15 pays, le Groupe a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 5 896 millions d’euros. Ses 120 000 collaborateurs accueillent chaque jour 4,4 millions de clients dans 23 000 restaurants et points de vente. Leur mission est de prendre soin de chacun grâce à des solutions de restauration et des services personnalisés pour une expérience consommateur innovante. Particulièrement attentif à sa responsabilité sociétale, Elior Group est adhérent au Global Compact des Nations unies depuis 2004. L’exigence professionnelle de ses équipes, leur engagement quotidien pour la qualité et l’innovation, et leur attachement à proposer un moment privilégié s’expriment dans la signature « Time savored ».                                                Source: communiqué de presse d’Elior Group du 27 janvier 2017.

Les enseignes du groupe, source: site web Elior Group

En page 43, surprise! J’apprends que la France occupe la première place mondiale de la rentabilité par client pour l’enseigne McDonald’s!

Tout aussi surprenant, en page 79, je lis que le rachitisme est de retour en Californie! Dans certains quartiers défavorisés, il est quasi impossible de trouver des produits frais. Ce qui n’est pas le cas de la nourriture industrielle vendue à prix bas mais dont les nutriments n’y sont guère présents…

Avec l’agriculture moderne, le rendement est poussé à son maximum. On produit plus de viande, plus de lait, plus de fruits et légumes mais en contre-partie, ces aliments perdent de plus en plus de nutriments.

En page 93, on cite le journaliste André Picard et son exemple sur la pomme de terre: « La patate moyenne a perdu 100% de sa vitamine A, qui est importante pour une bonne vision; 57% de sa vitamine C et de son fer, un élément clef de notre système sanguin; et 28% de son calcium, essentiel à nos os et nos dents ».

Qui dit rendement et agriculture intensive dit malheureusement, dégradation de la qualité des sols. Et j’étais loin d’imaginer que la situation était aussi catastrophique…

Toxic Food de William Reymond (3)
Toxic Food: page 104

A la page 116, William Reymond nous emmène à Chandler (Arizona) et plus précisément, chez Jon Basso, un ancien nutritionniste. Son concept? Un restaurant unique en son genre puisque chez lui, on ne vend que de la nourriture mauvaise pour la santé. Vous avez bien lu… Chez Heart Attack Grill, on trouve des hamburgers, des hot-dogs, des frites à volonté, le tout est cuit dans du saindoux évidemment! On y vend de l’alcool et des sodas bien sucrés… Le décor est celui d’un hôpital. Les serveuses, habillées en infirmières, apportent les prescriptions aux patients (clients). Ceux-ci sont raccompagnés, en fin de repas, à leur véhicule en fauteuil roulant. Petit plus si vous pesez plus de 160 kg, on vous offre le menu gratuitement!

Jon Basso voit grand, pourquoi pas ouvrir un établissement en Europe?

Toxic Food est sorti en 2009. J’ai donc fait quelques recherches sur le web pour voir où en était Jon Basso… En 2011, son établissement a quitté Chandler pour Las Vegas! Sa carte a légèrement changé. Du quadruple pontage, son plus grand burger autrefois atteignant les 8.000 calories, on est passé à l’Octuple Bypass Burger avec en option, ses 40 tranches de bacon! Un menu vegan est également proposé… Ce menu est constitué de cigarettes sans filtre!!!

Sur Instagram, je suis choquée de voir des parents y emmener leurs enfants… Mais c’est sur Youtube que je découvre le pire du pire…

En y tapant « Heart attack grill », je tombe sur des vidéos mettant en scène des individus relevant un challenge calorique. Du genre? Manger 60.000 calories en 60h (lien ici)!!!

Page 135: « plus de huit cancers sur dix sont évitables! ».

Page 163, j’apprends que le cancer du sein touche aussi les hommes!

Page 267: « les cerveaux des sujets obèses avaient un aspect plus vieux de seize années que ceux des patients  en poids de forme. Et les cerveaux de ceux en surpoids avaient une apparence plus vieille de huit années en comparaison des sujets en forme ».

Les faits sont là ainsi que les études scientifiques qui mettent en avant les dangers de cette alimentation industrielle.

Toxic Food de William Reymond (5)
Toxic Food, page 277

Et malgré ça, on retrouve toujours dans notre alimentation du sirop de fructose-glucose (sirop de maïs peu cher et très sucré), des acides gras-trans, des nitrites, etc. L’acrylamide est un danger réel et on ne fait rien pour inverser la courbe de ses dégâts…

Impossible pour moi de vous résumer ce livre en un article. J’ai pris pas mal de notes en vue d’aller plus loin, de faire des recherches sur des termes ou des commissions qui m’interpellent.

Depuis que je m’intéresse à mon alimentation, à l’environnement et autres, je ne fais qu’ouvrir de nouvelles portes. Un livre me conduit vers d’autres ouvrages et des dizaines de liens à lire et à exploiter…

Toxic Food de William Reymond (4)
Toxic Food, page 113

En résumé de « Toxic Food », il nous appartient à nous, consommateur, de faire des choix. William Reymond et sa famille privilégient désormais des produits complets, des fruits et légumes si possibles issus de l’agriculture biologique et, en complément, des viandes maigres et du poisson.

Comme je le dis et redis autour de moi, devenons consommacteur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :